Hannahpad.fr utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience. En continuant, vous acceptez l'utilisation de nos cookies

J'accepte

5 choses à savoir sur le cancer du sein

Publié : 16/10/2019 14:55:05 - Catégories : Hannahpad

Octobre Rose nous le rappelle chaque année, le cancer du sein concerne une très grande partie de la population, et toutes les étapes de la maladie sont importantes : du dépistage jusqu’à la rémission, en passant par l’accompagnement par l’entourage… Voici 5 choses à savoir sur le cancer du sein.

1. C’est le cancer le plus fréquent chez la femme

Chaque année, le cancer du sein touche 59 000 femmes en France. C’est le cancer le plus fréquent chez la femme, avec près de 12 000 décès par an en France. Une femme sur huit sera concernée dans sa vie. Octobre rose permet de rappeler à tous que cette maladie reste, malgré le fait que la recherche médicale avance, un enjeu de santé publique très important. Moins de 10% des cancers du sein surviennent avant 40 ans et ce chiffre augmente ensuite régulièrement jusqu’à 65 ans. 

2. Le cancer du sein touche aussi les hommes

On ne le sait pas forcément, puisque 99 % des malades sont des femmes mais les hommes ne sont malheureusement pas à l’abri du cancer du sein. Et oui, les hommes ont aussi du tissu mammaire tout comme les femmes, même si leurs seins sont moins développés. Les hommes dont un parent proche, homme ou femme, a déjà eu un cancer du sein risquent davantage d’être atteints de cette maladie. Le risque augmente en fonction du nombre de parents proches concernés par ce cancer. On estime qu’en France environ 550 nouveaux cas de cancer du sein chez l’homme par an sont diagnostiqués. 

3. Le facteur génétique est à prendre en compte

En France, environ 120 000 femmes sont prédisposées au cancer du sein et/ou de l’ovaire.  A ce jour, deux gènes de prédisposition au cancer du sein ont été identifiés. Quelque 60 000 femmes porteraient l’une de ces deux mutations génétiques. Elles peuvent être transmises par la mère ou par le père, et accroissent le risque de développer, un jour, un cancer du sein ou de l’ovaire. 60 000 autres femmes sont elles aussi porteuses d’une mutation qui augmente le risque de développer un cancer, dans un gène qui n’est pas encore identifié.

4. Les thérapies sont moins lourdes

L’avancée médicale permet par exemple aux personnes malades de plus de 60 ans de subir moins de séances de radiothérapie avec une diminution des doses sur les organes fragiles tels que les poumons et le coeur. Les chimiothérapies ne sont quant à elle plus effectuées automatiquement et chaque cas est étudié personnellement afin de choisir la solution de traitement la plus adaptée au patient, parce qu’en effet, la chimiothérapie n'est pas toujours utile. En plus, de nouvelles sortes de chimiothérapies sont arrivées, avec moins d'effets indésirables que les précédentes.

5. Après la mastectomie, des alternatives existent

Le traitement du cancer du sein peut laisser des séquelles, notamment avec la mastectomie, qui est ressenti par une majorité des patientes comme la perte d’une partie de leur féminité. C’est pour cela que de plus en plus de femmes touchées ont recours au tatouage, afin de se réconcilier avec leur corps et de cacher ou enjoliver les cicatrices. Le tatouage peut faire apparaître un téton et ainsi rassurer la personne en retrouvant ce repère physique, ou bien le tatouage peut être une réel oeuvre d’art pour couvrir la cicatrice. Le tatouage post-mastectomie fait partie de la reconstruction de beaucoup de survivantes du cancer du sein.

Sources :

https://helda.helsinki.fi/bitstream/handle/10138/230304/1_s2.0_S0294126016301583_main.pdf?sequence=1

https://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/09/30/24169-cancer-sein-vers-traitements-moins-lourds

https://www.ligue-cancer.net/article/26094_cancer-du-sein

https://www.gynandco.fr/mieux-comprendre-le-cancer-du-sein/

https://www.cancer.gov/about-cancer/causes-prevention/genetics/brca-fact-sheet#q2

Ajouter un commentaire

 (avec http://)