L’hygiène féminine face au défi de l’écologie

Publié : 24/08/2020 15:50:16 - Catégories : Hannahpad

Protections hygiéniques écologiques ?

Vous en avez probablement entendu parler, l’hygiène féminine a des répercussions importantes sur notre belle planète.

Selon le livre « The cultural story of menstruation » au cours d’une vie, une femme va en moyenne jeter entre 100 kg et 150 kg de serviettes hygiéniques et tampons. Choquant n’est-ce pas ?

Des protections hygiéniques polluantes

Tout d’abord, la majorité des protections hygiéniques sont à usages uniques et sont composées en grande partie de plastique. Que ce soit le produit en lui-même ou son emballage, ces produits ne sont ni biodégradables ni recyclables et il faut des siècles se décomposer. Lorsqu’on utilise ces protections hygiéniques depuis un jeune âge, on finit par les utiliser sans se poser de question, automatiquement. Oui parce que, entre nous, l’applicateur du tampon est bien pratique, mais ce n’est pas super écolo. Alors, est-il possible de casser cette habitude et de sortir, de ce que l’on pourrait appeler cette zone de confort pour une meilleure ?

La composition douteuse de ces protections hygiéniques est nocive pour la santé, mais également pour l’environnement. Il est difficile de savoir exactement les ingrédients, alors que c’est une obligation d’information pour ne pas tromper les consommateurs. Pourquoi une telle exception pour les serviettes et tampons jetables ? Étrange mon cher Watson.

En effet, d’après l’émission « Banc d’essai » de la Quotidienne, les tampons sont composés de coton et la culture de ce dernier est une des plus polluantes au monde. 3% des surfaces cultivées engloutissent 25% de pesticides. Ces pesticides seront par la suite retrouvés dans les tampons, sans parler des agents de blanchiment et les substances absorbantes toxiques qui empêchent les fuites. Hum, ça donne envie !

La surconsommation de la protection menstruelle à usage unique

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

C’est en 1921 qu’émerge l’idée la vente de protections hygiéniques, notamment avec l’invention du tampon avec la marque Kotex. Et là, c’est la libération : les femmes pouvaient être actives et efficaces pendant tout le mois, même pendant leurs règles. Se rendre au travail lors du cycle menstruel n’était plus un problème.

Le marché des protections hygiéniques a explosé et l’usage unique de ces dernières signifie une clientèle régulière et un business lucratif. Oui, parce qu’en moyenne, une femme a ses règles 5 jours par mois, tous les mois pendant 40 ans…

Ces produits nocifs mettront plus de 400 ans avant de disparaître. Quatre siècles pour des serviettes hygiéniques utilisées seulement quelques heures pour des raisons d'hygiène et de santé. Elles auront donc une durée d’utilisation extrêmement courte, mais une durée de vie longue, très longue, bien au-delà de la nôtre.

L’apparition des protections hygiéniques lavables

En France, les mentalités commencent à changer. Les femmes commencent à prendre conscience de l’impact nocif des protections hygiéniques classiques sur leur santé, mais également sur l’environnement. 

Heureusement, il existe de nombreuses façons de réduire son impact environnemental.

Si vous souhaitez continuer à utiliser les protections hygiéniques classiques (et donc à usages uniques), vous pouvez opter pour des serviettes qui ne sont pas emballées individuellement. Vous pouvez également opter pour des tampons en coton bio sans applicateur (attention à bien se laver les mains avant de l’insérer).

Sinon, il existe des solutions alternatives saines, écologiques et efficaces. On parle bien évidemment de la cup alias la coupe menstruelle, de la serviette hygiénique lavable ou encore, des culottes menstruelles.

Toutes ces solutions sont écologiques, parce qu'elles sont réutilisables. 

Prenons l’exemple de la cup menstruelle, elle peut être utilisée pendant des années (3 à 10 ans). C’est la même chose pour la serviette hygiénique lavable ou la culotte menstruelle. Une fois portée, il suffit de les laver et hop ! C’est prêt pour la prochaine utilisation. 

En plus de l’aspect environnemental, l’utilisation de ces protections hygiéniques lavables a de nombreux bienfaits : vous allez faire des économies (et ça, ça fait plaisir !).

En effet, pour les hannahpad par exemple, vous trouverez les serviettes hygiéniques lavables bio (et donc réutilisables) à partir de 11,50€. Pour rappel, une boîte de serviettes hygiéniques jetables en grande surface coûte en moyenne 4€.

À vous de voir ce qui vous correspond le plus.

Articles associés